Dialogue

J’accuse !..

Égypte – Au lendemain des attentats sanglants contre les chrétiens coptes célébrant le Dimanche des Rameaux, le 9 avril 2017

Un texte du Père Henri Boulad, s.j.

Funérailles suite à la tuerie de chrétiens coptes le Dimanche des Rameaux, le 9 avril 2017J’accuse l’Islam d’être la cause de cette barbarie et de tous les actes de violence commis au nom de la foi musulmane.

Je n’accuse pas seulement les terroristes, ni le terrorisme. Je n’accuse pas uniquement les Frères Musulmans ni la nébuleuse de groupuscules qui gravite autour de cette confrérie jihadiste, violente et totalitaire. Je n’accuse pas exclusivement l’islamisme, ou l’islam politique et radical.

J’accuse tout simplement l’islam qui, par nature, est à la fois politique et radical.

Comme je l’avais déjà écrit il y a plus de vingt-cinq ans, l’islamisme c’est l’islam à découvert, dans toute sa logique et sa rigueur. Il est présent dans l’Islam comme le poussin dans l’œuf, comme le fruit dans la fleur, comme l’arbre dans la graine. Il est porteur d’un projet de société visant à établir un califat mondial fondé sur la charia, seule loi légitime, parce que divine. Il s’agit là d’un projet global et globalisant, total, totalisant, totalitaire.

L’Islam se veut à la fois religion, Etat et société, dîn wa dawla. C’est ainsi qu’il a été depuis ses plus lointaines origines.

Avec le passage de la Mecque à Médine (l’Hégire) l’Islam passe du statut de religion à celui d’État théocratique. C’est aussi le moment où Mahomet cesse d’être simple chef religieux pour devenir chef de guerre, chef d’État et leader politique. Religion et politique seront désormais indissolublement liés : «L’Islam est politique ou n’est rien » (Imam Rouhollah Khomeiny).

J’accuse de mensonge délibéré ceux qui prétendent que les atrocités commises par des musulmans « n’ont rien à voir avec l’islam ». Or, c’est bien au nom du Coran et de ses injonctions claires que ces crimes sont perpétrés. Le seul fait que l’appel à la prière et l’incitation au meurtre des infidèles soient précédés du même cri, Allah-ou akbar (Dieu est le plus grand) est hautement significatif.

(…)

Lire la suite »

Un ouvrage pour comprendre ce qui se passe…

Quel dialogue possible avec l’islam du Coran ?

Quel dialogue possible avec l'islam du Coran ?Voici un article de relance à propos de l’excellent ouvrage intitulé « Quel dialogue possible avec l’islam du Coran? – Point de vue d’un catholique », 2e édition.

Ce texte est une reprise d’un article paru dans le site « Le Salon Beige ».

Un premier article, que nous vous conseillons grandement, avait été publié sur « Points de Repères » à l’occasion de la première édition de l’ouvrage.

Comme le dit le titre du présent texte : « Un ouvrage pour comprendre ce qui se passe… ». De fait, la terreur islamiste qui se répand sur la face de la planète, en Orient comment en Occident, demande à être expliquée.

Or, pour qui prend le temps de scruter les fondements doctrinaux de l’islam, et ce, sans compter ce qu’en disent nombre de commentateurs qui font autorité dans le monde musulman, il devient évident qu’on ne peut plus exonérer l’islam des horreurs commises en son nom.

C’est aujourd’hui « l’heure de vérité », et ce, pour le bien de tous.

Lire la suite »

Quel dialogue possible avec l’islam du Coran ?

Le courage de regarder la vérité en face

CoranDans cet article, François Sweydan livre ses observations et réflexions à propos de l’ouvrage de Pascal Raines intitulé « Quel dialogue possible avec l’islam du Coran? ».

C’est l’expérience de travail de l’auteur en milieu hospitalier qui l’a conduit à vouloir faire la lumière sur la nature réelle de l’islam et du coran.

Un ouvrage très fouillé qui a reçu l’assentiment d’universitaires islamologues et spécialistes de l’islam.

Dans cet article, il est notamment question …

  • … du texte coranique, avec ses multiples incohérences et contradictions.
  • … du visage de Dieu qui se dégage du coran, qui est radicalement différent de celui du judaïsme et du christianisme.
  • … de la théologie du djihad qui repose sur un coran conquérant et guerrier, tout particulièrement dans les sourates attribuées à la période médinoise.
  • … de la stratégie du mensonge (taqiya) autorisé voire recommandé, tant chez les sunnites que les chiites, afin de duper les non-musulmans.
  • … de la possibilité (ou non) de réforme du coran (et par le fait même de l’islam).
  • … du mythe du soufisme et du faux espoir qu’il entretient relativement à une possible réforme de l’islam.

Il est plus important que jamais de savoir regarder la vérité en face, non-musulmans comme musulmans, afin de reconnaître qu’il y a réellement un problème dans les fondements mêmes de l’islam.

La paix étant à ce prix : il faut savoir se libérer de textes nocifs qu’on a faussement sacralisés.

Lire la suite »