Churchill, Hitler et islam

Pour Churchill et Hitler, l’islam est une religion totalitaire et violente

28 décembre 2016  /  3 janvier 2017 (mise à jour)

Winston Churchill, le plus éminent Européen ayant combattu la tyrannie nazie, s’est jadis prononcé à propos de l’islam (texte original en bas de page).

Winston Churchill et Adolf Hitler partageaient la même opinion à propos de l’islam, à savoir : l’islam est une religion totalitaire et violente.

Alors que Churchill dénonçait l’islam et mettait en garde l’Occident, Hitler pour sa part admirait l’islam et en faisait l’éloge.

Adolf Hitler à propos de l’islam

Rencontre entre Hitler et le mufti de JérusalemDans ses mémoires, Albert Speer (ministre du IIIe Reich pour l’armement et les munitions) écrivit à propos de l’intérêt qu’avait Hitler pour l’islam, rapportant notamment une discussion où Hitler ne tarissait pas d’éloges à son égard :

« … une religion qui croit en la diffusion de la foi par le sabre et dans le fait de subjuguer toutes les nations par cette foi. Une telle foi convient parfaitement au tempérament germanique. »

Hitler, selon les dires de Speer, a exprimé à de nombreuses reprises la conviction que :

« La religion de Mahomet… serait bien plus compatible avec nous que le christianisme. Pourquoi fallait-il que ce soit le christianisme avec sa faiblesse et sa mollesse? »

De fait, alors qu’Hitler ne tarissait pas d’éloges à l’endroit de l’islam, on sait d’autre part combien Hitler persécuta les juifs (l’holocauste que nombre d’islamistes nient) ainsi que les chrétiens (se référer notamment au témoignage du pasteur et théologien Dietrich Bonhoeffer qui combattit, au prix de sa vie, le nazisme hitlérien).

Hasan al-Banna et les Frères Musulmans

Logo des Frères MusulmansLes « Frères Musulmans » est une organisation à l’échelle mondiale qui constitue la principale force derrière l’islam totalitaire et politique.

Ce groupe a donné naissance à des groupes terroristes tels qu’Al-Qaeda et le Hamas.

Les Frères Musulmans furent fondés en Égypte, en 1928, par Hasan al-Banna.

Al-Banna était un admirateur déclaré et supporteur d’Adolf Hitler : il contribua à la traduction du « Mein Kampf » en langue arabe dans les années 30.

Un disciple d’Al-Banna, Haj Amin al-Husseini, le père du nationalisme palestinien, s’investissait au temps de la deuxième mondiale à recruter des arabo-musulmans pour les légions hitlériennes.

L’ambition d’Al-Banna était de créer un empire islamique à l’échelle mondiale avec la charia pour unique LOI.

Winston Churchill à propos de l’islam

Winston ChurchillWinston Churchill pour sa part remarqua la grande similarité entre les nazis et les forces islamo-fascistes.

Il affirmait qu’il était nécessaire de comprendre les similitudes entre les armées nazies et celles du terrorisme arabo-islamique.

Dans « The River War – An Historical Account of the Reconquest of the Soudan, Vol. II, p. 248-250, London, Longmans, Green, 1899 » (texte original en bas de page) , Churchill dit ceci à propos de l’islam :

  • Les musulmans, premières victimes de l’islam
    « Combien sont terribles les malédictions que la foi de Mahomet fait peser sur ses adeptes ! »
    “How dreadful are the curses which Mohammedanism (Islam) lays on its votaries (faithful)!”
  • Une théologie fataliste qui mine l’esprit de liberté et de créativité
    « Il y a cette craintive apathie fataliste. Les effets sont évidents dans beaucoup de pays quand on regarde l’agriculture négligée, les méthodes surannées du commerce ou l’insécurité de la propriété qui existent là où les ouailles du prophète règnent ou vivent. »
    “There is this fearful fatalistic apathy. The effects are apparent in many countries. Improvident habits, slovenly systems of agriculture, sluggish methods of commerce, and insecurity of property exist wherever the followers of the Prophet rule or live.”
  • À propos de la condition de la femme dans l’islam, ainsi que de l’esclavage
    « Le fait que dans la loi musulmane chaque femme doive appartenir à un homme en tant que sa propriété absolue, qu’elle soit enfant, épouse ou concubine, est de nature à retarder l’extinction finale de l’esclavage jusqu’à ce que l’islam ait cessé d’être une grande puissance parmi les hommes. »
    “The fact that in Mohammedan (Islamic) law every woman must belong to some man as his absolute property, either as a child, a wife, or a concubine, must delay the final extinction of slavery until the faith of Islam has ceased to be a great power among men.”
  • Churchill savait différencier le musulman (la personne) de l’idéologie (la doctrine)
    « Les musulmans, en tant qu’individus, peuvent montrer des qualités splendides, mais l’emprise de la religion paralyse le développement social de ceux qui la suivent. »
    “Individual Moslems may show splendid qualities, but the influence of the religion paralyses the social development of those who follow it.”
  • Churchill était bien conscient de la menace que constitue l’islam à l’endroit de l’héritage occidental
    « Il n’y a dans le monde aucune force rétrograde plus forte. Loin d’être moribond, l’islam est une foi militante imposant le prosélytisme. Il s’est déjà répandu en Afrique Centrale suscitant l’apparition de guerriers sans peur à chaque étape; et si le christianisme n’était pas entouré des bras forts de la science, science à laquelle il s’est vainement opposé, la civilisation de l’Europe moderne pourrait disparaître, comme a disparu la civilisation de la Rome antique. »
    “No stronger retrograde force exists in the world. Far from being moribund, Mohammedanism (Islam) is a militant and proselytizing faith. It has already spread throughout Central Africa, raising fearless warriors at every step; and were it not that Christianity is sheltered in the strong arms of science, the science against which it had vainly struggled, the civilization of modern Europe might fall, as fell the civilization of ancient Rome.”

Sir Winston Churchill on Islam – Texte original

Sir Winston Churchill, The River War – An Historical Account of the Reconquest of the Soudan, first edition, Vol. II, p. 248-250, London, Longmans, Green, 1899 :

Cover of the River of War - Vol. 2 - 1899« How dreadful are the curses which Mohammedanism (Islam) lays on its votaries (faithful) !

Besides the fanatical frenzy, which is as dangerous in a man as hydrophobia (rabies) in a dog, there is this fearful fatalistic apathy.

The effects are apparent in many countries. Improvident habits, slovenly systems of agriculture, sluggish methods of commerce, and insecurity of property exist wherever the followers of the Prophet rule or live.

A degraded sensualism deprives this life of its grace and refinement; the next of its dignity and sanctity. The fact that in Mohammedan (Islamic) law every woman must belong to some man as his absolute property, either as a child, a wife, or a concubine, must delay the final extinction of slavery until the faith of Islam has ceased to be a great power among men.

Individual Moslems may show splendid qualities, but the influence of the religion paralyses the social development of those who follow it.

No stronger retrograde force exists in the world.

Far from being moribund, Mohammedanism (Islam) is a militant and proselytizing faith.

It has already spread throughout Central Africa, raising fearless warriors at every step; and were it not that Christianity is sheltered in the strong arms of science, the science against which it had vainly struggled, the civilization of modern Europe might fall, as fell the civilization of ancient Rome. »