Citation du Général de Gaulle

Le réalisme de Charles de Gaulle à propos de l’islam

22 décembre 2016  /  23 décembre 2016 (mise à jour)

Il y a plus de 50 ans déjà, Charles de Gaulle manifestait une lucidité fort étonnante à propos des conséquences de l’immigration musulmane de masse, chose que nos « soi-disant leaders » d’aujourd’hui ont encore énormément de peine à comprendre. Cependant, reconnaissons-le, le temps est plus que jamais compté… des décisions s’imposent…

Geert Wilders illustre le type de politicen dont l’Occident a besoin afin de préserver son identité.

Aujourd’hui, à titre d’exemple, le tiers des Hollandais de souche rêvent de quitter leurs pays, tellement ils se sentent de moins en moins chez eux !

Ils craignent pour l’avenir de leurs enfants, et ce, non pas en raison de la présence du bouddhisme tibétain…!

Ce qui est en jeu, ce sont les valeurs fondamentales constitutives de l’identité occidentale.

Par Charles de Gaulle (rapporté par Alain Peyrefitte) / Le 5 mars 1959

Charles de Gaulle« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France.

Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.

Qu’on ne se raconte pas d’histoire! Les musulmans, vous êtes allés les voir? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants.

Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français.

Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante?

Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé?

Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. »